Info la Poterie Rennes (avril 2020)


29 avril      

Des commerces ré-ouvrent régulièrement sur notre quartier, sans attendre le dé-confinement, mais en mode Drive si non alimentaire. 
Vous êtes commerçants, n'hésitez pas à vous faire connaître.. c'est gratuit et bénévole. 
Habitants des quartiers sud-est de Rennes, faîtes confiance à nos commerces de proximité et consultez l'onglet commerces pour découvrir qui est à présent "ouvert". Liste à compléter.



29 avril         

Communiqués de presse [Covid-19] Distribution de masques par la Ville de Rennes : questions/réponses



La Ville de Rennes va doter chaque habitant (dès 3 ans) d'un masque en tissu.

La distribution sera organisée entre le vendredi 8 et le dimanche 17 mai (week-ends et jours fériés inclus). Elle sera assurée dans quinze gymnases municipaux par des agents de la Ville, qui se sont portés volontaires. La liste complète des gymnases sera communiquée dans les jours qui viennent.

250 000 masques ont été commandés par la Ville à des entreprises de confection d'Ille-et-Vilaine, de la Sarthe et de la Mayenne, créant ainsi une filière d'approvisionnement locale qui a permis de pérenniser des dizaines d'emplois.

96 communes brétilliennes sont associées à cette commande (dont 36 de Rennes Métropole) pour 300 000 masques supplémentaires.

La distribution organisée par la Ville de Rennes vise à doter l'ensemble de la population de la ville d'un premier masque, en vue du déconfinement progressif. Cette dotation doit permettre à chacun de disposer d'un équipement personnel minimal, le temps que des circuits de distribution grand public soient garantis, comme le préconise notamment l'Académie nationale de médecine.

Où et quand récupérer son masque ?

La ville a été découpée en 15 secteurs géographiques, afin de limiter les déplacements des habitants. Les centres de distribution seront organisés dans quinze gymnases municipaux. Ils seront ouverts sans interruption de 9 h à 19 h. Chaque centre sera agencé de façon à strictement respecter la distanciation physique et les gestes barrières, y compris dans la gestion des files d'attente.

À partir du jeudi 29 avril, chaque foyer rennais recevra un courrier lui indiquant le jour et le gymnase où un membre du foyer pourra se rendre pour récupérer les masques pour chacune des personnes composant le foyer. La répartition par jour s'est faite par ordre alphabétique.

Comment récupérer son masque ?

Pour chaque foyer rennais, une seule personne devra se présenter sur le lieu de distribution indiqué sur le courrier dont il devra se munir ainsi que d'une pièce d'identité et d'un justificatif permettant de connaître le nombre de personnes composant le foyer. Les masques lui seront alors remis en une fois, à raison d'un masque par membre du foyer. Les modalités plus précises de distribution feront l'objet d'une large communication, dans tous les médias et par voie d'affichage.

Liste des justificatifs possibles : avis d'imposition / avis de taxe foncière / attestation CAF / livret de famille.

Les personnes se rendant sur le lieu de distribution avant la fin du confinement devront cocher la case "course de première nécessité " sur leur attestation de déplacement dérogatoire. 

Seules les personnes domiciliées à Rennes pourront obtenir un masque pour les membres de leur foyer.

À propos des masques :
Peut-on les laver ?

Les masques sont lavables à 60 degrés et réutilisables au moins 20 à 30 fois. Lorsqu'il n'est plus utilisable (dommage, déformation, usure), le masque doit être jeté dans une poubelle munie d'un sac plastique ou déposé dans une borne du Relais après avoir été lavé et séché.

Y a-t-il des masques pour les enfants ?

Deux tailles de masques seront disponibles : adulte et enfant de 3 à 11 ans.

De quel modèle de masque s'agit-il ?

Les masques commandés par la Ville de Rennes à l'entreprise TDV Industries sont fabriqués à partir de tissus professionnels ultra résistants. Ils sont d'abord destinés à prévenir les projections de gouttelettes.

Le modèle commandé a obtenu une certification à l'état neuf par la Direction générale de l'armement (DGA) pour sa qualité de filtration et sa respirabilité. Il s'agit d'une certification pour un masque barrière de protection non sanitaire de catégorie 2, que la DGA désigne ainsi : "masques de protection à visée collective pour protéger l'ensemble d'un groupe portant ces masques".

Rappel : l'usage de ces masques n'a pas pour objet premier de se protéger individuellement du virus mais principalement de viser à éviter sa diffusion. L'utilisation doit se faire dans le strict respect des mesures barrières (distances sociales et lavage des mains).

D'où viennent ces masques ?

La Ville de Rennes a passé sa commande à l'entreprise TDV Industries, installée à Laval, spécialisée dans la production de tissus pour vêtements professionnels, civils et militaires.

Sept confectionneurs, coordonnés par le réseau des Ateliers FIM, basés en Ille-et-Vilaine (Fougères et Liffré), en Mayenne (Ernée) et dans la Sarthe (Brûlon), ont accepté de réorienter leur activité en un temps record. 

Comment sont distribués les masques dans les communes ayant participé à cette commande ?

La Ville de Rennes distribuera 250 000 masques à ses habitants, sur le total de 550 000 unités commandées. L'autre moitié de la commande équipera 36 communes de Rennes Métropole et 59 autres communes brétilliennes. Chaque commune concernée se charge d'organiser les modalités de mise à disposition de ces masques à ses habitants et d'en informer sa population.

Combien ça coûte ?

Les masques sont distribués gratuitement aux Rennaises et aux Rennais.
Ils coûtent 4,55 €HT à l'unité. Rennes Métropole prendra en charge 50 % du coût des masques destinés aux 36 communes du territoire métropolitain.

29 avril               

France 3 Bretagne a consacré un article à l'opération "Les paniers suspendus : une initiative pour aider les démunis dans son quartier". 

Depuis le 17 avril, l'association "La Maison des citoyens Rennes et sa Métropole" a lancé cette idée : déposer des paniers en bas de chez soi ou dans la rue pour offrir des denrées, des produits d'hygiène ou encore des livres aux personnes en difficulté. Des habitants de nos quartiers s'y sont investis.
Une attention qui s'adresse d'abord à celles et ceux qui souffrent en cette période de confinement. Lire l'article.

29 avril               


Vendredi 1er mai - Fête du travail : Le métro et les lignes de bus ne fonctionnent pas.
Les parcs relais sont fermés.

29 avril               

Jour de confinement 44 

Vu sur les hangars qui ont accueilli les migrants jusqu'à mi-avril, rue des Veyettes.

27 avril               


Bonjour à toutes et tous, habitantes et habitants du quartier 7 de Rennes !

Comme vous le savez déjà, la Maison du Ronceray a du fermer ses portes suite aux décisions gouvernementales prises dans le cadre de la crise sanitaire que nous traversons actuellement (nous ne sommes actuellement pas en mesure de vous communiquer une date éventuelle de ré-ouverture). Pour autant, nos équipes dirigeantes bénévoles et salariées sont toujours à pied d'oeuvre pour continuer à entretenir le lien qui nous unis :

1. Par messagerie électronique, sur la messagerie de notre accueil : maisonduronceray@wanadoo.fr


3. Notre site internet : http://www.la-maison-du-ronceray.info/

Et c'est dans ce cadre (après débat et discussions à distance), que notre Conseil d'Administration a souhaité organiser une partie de notre ASSEMBLÉE GÉNÉRALE en version dématérialisée ! Et oui ! Car nous souhaitons poursuivre notre activité et continuer d'alimenter notre vie associative pour envisager "la reprise" dans les meilleures conditions possibles.

Les adhérent.e.s (à jour de leur cotisation) de notre association on reçu une invitation à participer dans ce cadre. Nous avons mis en place un dispositif spécifique pour l'occasion autour du lancement d'un BLOG dédié, disponible à cette adresse : https://ag2020maisonduronceray.blogspot.com/

Veuillez noter que nombre de nos adhérent.e.s ont reçu cette invitation (assortie des éléments pour se connecter) dans leur boîte de SPAMS (ou indésirables en français). C'est pourquoi nous souhaitons vous alerter afin de vous inviter à bien vérifier la réception de vos e-mail, y compris dans vos SPAMS !
En espérant que votre confinement, celui de vos proches, de vos familles, se déroule dans les meilleurs conditions possibles. Prenez soin de vous à à très bientôt !
Pierre Le Bail

26 avril              

Impressions de ville confinée

Sur la ville, ce matin, il pleut des silences émus, des absences aux contours indéfinis.

Planent des séparations ou… idées de séparations !

S’échappent des soifs de liberté ; des impatiences piétinent le pavé !

Sur la ville, ce matin, s’ébrouent des peurs incontrôlées, se déchiffonnent des vagues à l’âme, se contorsionnent des angoisses, des colères se dénouent !

Sur la ville, ce matin, errent des vacuités ; des odeurs familières se faufilent, des bruissements circulent 

Des abandons glissent de volonté à velléité, de toi à moi, puis s’imposent en renoncements !

Sur la ville, ce matin, suintent des tentations de dénonciations

Des méfiances germent comme graines au printemps, éloignent le promeneur de son alter ego

Ce matin, la ville exhale des relents de messages nauséeux.

Il pleure sur la ville des cris recroquevillés de femmes aux abois, des pleurs étouffés d’enfants épouvantés

Ce matin, la ville respire un calme oppressant…

Et pourtant…

Ce même jour, des générosités éclabousseront la ville comme autant de sourires qui viendront se poser sur le seuil d’une âme fanée,

Des solidarités discrètes iront frapper à quelques portes, se faufileront jusque sous les strates de l’ennui, de la solitude, de peurs intimes ;

Des paniers gourmands réveilleront des appétits, précipiteront un rythme cardiaque endormi … on se sent vivant, appartenant à un collectif… 

Des chants, des applaudissements, des concerts inviteront à une communion esthétique ; naîtront des rencontres, des découvertes, des promesses d’un après rieur et différent…

Mireille 22 avril 2020

Bulle, photo de Claudine Gasté
25 avril             

Gag !

Vu ce vendredi 24 avril 2020 sur la rue de Châteaugiron.



25 avril              

Article paru sur Info la Poterie, le 3 décembre 2018.

Connaissez-vous, en cette période de confinement AMAPopote ?

Amapopote à dix ans et est bien présent sur le quartier Francisco-Ferrer/Landry/Poterie. Les 10 ans de l'AMAP de la Poterie ont eu lieu à la salle polyvalente du Landry le samedi 17 novembre 2018. 

Entretien avec Frédéric Guillimin, l'un des membres de l'association pour évoquer ces dix années de succès.

Qui a été à l'origine d'Amapopote ?

Une réunion d’information salle du Ronceray le 16 septembre 2008 à 20h a été proposée par le collectif des habitants de La Poterie pour envisager la création d’une AMAP.
Marie-Claire Souvestre, salariée de l’Association des AMAP d’Armorique, explique le fonctionnement en AMAP et aide à la constitution de l’association.
Sur 72 personnes présentes, 35 sont intéressées pour intégrer l’AMAP.
Un groupe de travail se constitue, les membres deviendront les premiers administrateurs, ils iront vers une présidence collégiale.
Le groupe était constitué de : Marie Martin, Rozenn Hascoët, Lise Girard, Valérie Michinneau, Gwen-Léna Le Coz, Richard Leloutre, Etienne Méléard, Nicolas Fannechère, Alain Leroux, Jean-Christophe Binard et Jean-Baptiste Galerme et Olivier Clisson les deux premiers paysans associés, tous les deux présents à la réunion d’information initiale.

Comment fonctionne Amapopote aujourd'hui, ses points de distributions, ses fournisseurs ?

Aujourd'hui, il existe deux centres de distribution. L'un le mardi de 18h30 à 19h30 au cercle Paul Bert Rapatel et le deuxième le mercredi à la MQFF aux mêmes horaires.
Les producteurs sont multiples :
Olivier Clisson : Paysan Boulanger (pain, brioche, farine, jus de pommes, petits fruits rouges) [mardi et mercredi]
Timothée Dupont : Producteur d’œufs [une semaine sur deux / mardi et mercredi]
Julien Le Berre : Producteur de yaourts de brebis [une semaine sur deux / mardi et mercredi]
Mickaël Berthelot : Maraîcher (légumes et fruits, jus de pommes, confitures, compotes) [mardi]
Thierry Hinry et Arnaud Guérillon : Maraîchers (légumes et fruits) [mercredi]

Ses adhérents : sont-ils fidèles, impliqués ? 

Plutôt fidèles oui, de nombreux adhérents du premier jour sont encore là aujourd'hui.
Cependant une rotation existe, principalement dû aux déménagements.
Les adhérents s'impliquent de différentes façons, aide aux producteurs (ramassage de pommes, ateliers participatifs...), participation aux distributions de légumes, visite des fermes...

Le fonctionnement d'Amapopote : 
Qui en est le président actuellement, comment fonctionne l'association ? 

La présidence est collégiale. Le CA se retrouve une fois par mois pour discuter des contrats (6 mois), des événements (apéro concert, fête d'anniversaire), des demandes de nouveaux producteurs (miel, fruits à coque, ...).
Le CA est composé d'une dizaine de personnes.

Pour d’autres renseignements, il existe un site web avec de nombreuses informations : http://amapopote.fr

AMAPopote accepte toujours de nouveaux adhérents !

Vous trouverez tous les renseignements sur le mode d'adhésion et les tarifs sur la page des contrats.

Et si vous êtes d'ores et déjà partant !  Vous pouvez venir directement à la distribution le mardi soir ou le mercredi soir de 18h30 à 19h30 pour de plus amples informations.
Vous pouvez aussi nous contacter à l'adresse suivante :contact@amapopote.fr

25 avril              

Confinement jour 40 (Photo de Patricia), fourmis au travail.



25 avril              

Écoute psychologique pour les parents

Les psychologues bénévoles de l'association Sources écoutent les parents et les jeunes (solitude, angoisses, parent débordé ...).
Appeler le 02 99 50 74 95 uniquement le lundi et le mercredi de 15h à 17h ou Adresser un mail à : jovanka.hild@lilo.org pour demander un rendez-vous (indiquer le motif de votre demande, disponibilité, numéro de téléphone pour être rappelé). 
Les personnes seront ensuite rappelées par l'association.

25 avril             

"Violences faites aux femmes" Numéros utiles À Rennes, des professionnel.le.s vous aident et vous accompagnent.

-Association pour l’action sociale et la formation à l’autonomie et au devenir (ASFAD) : Soutien aux femmes victimes, hébergement des femmes avec ou sans enfants, aide d’urgence. Intervention auprès des auteurs de violences. Permanence téléphonique d’information et d’orientation 24h/24h. 02 99 54 44 88 146, route de Lorient asfad.siege@online.fr

-Centre d’information des droits des femmes et des familles (CIDFF35) Permanences juridiques et accompagnement des femmes victimes de violences. 02 99 30 80 89 21, rue de la Quintaine cidff.35@orange.fr

-Mouvement français du planning familial (MFPF) Accompagnement des victimes de violences sexuelles et espace de parole pour les jeunes. 02 99 31 54 22 11, bd Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny mfpfad35rennes@wanadoo.fr

-SOS Victimes Accueil et accompagnement juridique et psychologique (de l’émergence de la décision à sa mise en œuvre jusqu’à l’indemnisation éventuelle). 02 99 35 06 07 9bis, boulevard Sébastopol sos-victimes-35@wanadoo.fr

-Ordre des avocats Consultations gratuites pour les personnes bénéficiant de l’aide juridictionnelle. Sur rendez-vous uniquement 02 99 31 16 62

- Union des Associations Interculturelles de Rennes (UAIR) Permanences juridiques, sociales et administratives pour les femmes étrangères victimes de violences tous les vendredis de 14 h à 18 h. Groupe de Paroles «Elles diront d’Elles ». 02 99 33 01 03 62, rue de Dinan uair@free.fr 

VIOLENCES FEMMES INFO APPELEZ LE 3919. Appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe.

24 avril            

Ouest-France, dans son édition de ce vendredi revient sur les masques que la ville de Rennes va fournir à l'ensemble de ses habitants du 8 au 17 mai prochain. 

24 avril           

Journal du 20h sous confinement

Le bien ne fait pas de bruit, Le bruit ne fait pas de bien…quoique celui que nous faisons chaque soir à 20h, en tapant dans nos mains, nous fait chaud au cœur. 

D’abord il est légitime de saluer, encourager, remercier, les soignants, et les autres, tous ceux qui assurent la première ligne face au virus. Ceux dont le métier - très dévalorisé ces derniers temps - est de prendre soin. Plus largement ceux qui assurent les services publics – tellement rognés ces derniers temps - qui nous permettent de continuer à vivre, même confinés. Qui permettent de se sentir ensemble, même seuls. 

Et puis ce rituel désormais installé nous permet d’échanger avec nos proches voisins bien sûr, mais aussi ceux que nous nous contentions de croiser dans la rue, à l’arrêt du bus. Ceux d’en face, qui vivent dans ces petits collectifs anonymes du parc social, et qui, de leurs balcons, ont vue partielle sur nos maisons et nos jardins. Cette maman avec ses deux petites filles, au 2ème étage. Cette jeune femme au 3ème qui salue à larges moulinets de bras. Cet homme en rez-de-chaussée qui balance de généreux portez-vous bien, et d’autres encore…

Et c’est comme une frontière qui se dissout, une inattention qui se dissipe. La distanciation est alors l’occasion de nouveaux rapprochements. 

Clap de fin ? Non clap de début. Car il commence à se dire qu’après le grand confinement, la fête des voisins s’ouvrira au-delà du pâté de maisons.
Raymond Paulet (depuis la rue Paul Langevin)

23 avril           

Claude Olivard, habitant de nos quartiers est disponible pour cueillir tout essaim d'abeilles dans le quartier et environnement proche.
Contact : C.Olivard / 0299504567 / 0601826669.

22 avril           

Histoire de nos quartiers, par Jean Lemesle
Domaine du Landry : Un raccourci de son histoire. 

Une histoire qui commence en 1976 (obtention du permis de construire) par la commercialisation des 20 premières maisons (la première tranche comportait les grandes maisons : 9 pièces possibles).
Première partie d’un ensemble qui comportait sur 12 hectares : 

-162 pavillons jumelées 2 par 2 avec des jardins de 400 à 800 m², 

-Un ensemble de 7 collectifs pour 183 appartements 

-Un centre commercial, le tout en bordure de la rue de Chateaugiron et en face de l’entrée nord du futur parc et de l’ancienne ferme du Landry


L’ensemble avait été conçu par l’architecte Georges Maillols (réalisateur des tours jumelles “les horizons » (1)) pour la Société SCIO gérée par François Pronier de Granville. La publicité de l’époque était alléchante: grandes maisons, zone verte, écoles en proximité, commerces, proche de la rocade..etc. 

Zone verte en effet grâce aux jardins et au parc du Landry (des champs à l’époque), bref un bonheur assuré avec le calme de cet environnement.... 

45 ans après, tout ce qui était annoncé est bien réel, maisons de qualité et bien isolées, et depuis la limitation de vitesse sur l’avenue Georges Henri Rivière avec une circulation paisible (elle ne sert plus de pénétrante vers la z.i.Sud-Est!) un calme assuré surtout en période de confinement! 

Bien sûr les 10 premières années furent parfois génératrices de tensions car ce domaine était privé, organisé en 3 copropriétés qui devaient cohabiter mais avec des obligations qui étaient différentes par le cahier des charges pour les pavillons, pour les immeubles collectifs et pour le centre commercial. Nous avons connu des Assemblées Générales de copropriétés houleuses sur les frais de répartition des charges communes, sur l’entretien des espaces verts, sur les quorums nécessaires, les syndics etc... 

3 autres tranches seront réalisées les années suivantes : un programme de maisons aux surfaces plus petites, les Landrinettes, et enfin les constructions sur les parcelles privées qui reliaient le Landry aux Landrinettes. 

Il a fallu une dizaine d’années pour que la vie sociale et la vie conviviale se structurent. Souvent c’est par les enfants que les initiatives se sont lancées. 

Les premiers défilés de vélos fleuris connurent un réel succès (en témoignent la photo ci-contre) puis les bénévoles proposèrent concours de palets, concours de tarots… sans oublier la musette, bal à l’accordéon qui couronnait les soirées de fête, même que l’année de coupe du monde où la France a gagné le titre de championne du monde de football, nous avions installé un barnum couplant le sandwich.… et la télé! 

Cette vie s’est prolongée par des repas de rue … avec la St Landry, des apéros partagés. Toute la rue Jacques Brel se souvient des histoires truculentes racontées par notre doyen J-H Ferré. 

Un regret : la non transformation en association pour faire perdurer cette vie locale. Cependant, une partie des habitants a pu continuer à participer à la vie du quartier par une participation à la fête de la pomme et à la Ballade avec Brassens. 

Après 45 ans de vie au domaine du Landry, le bilan est incontestablement positif et heureux, de par la qualité des habitations, du calme généré par les jardins et la proximité du parc. Bien sûr il a fallu traverser des étapes "sensibles”: 

-Le passage du domaine privé au domaine public avec des négociations laborieuses et conditionnées à la remise aux normes des réseaux souterrains, moyennant la prise en charge des coûts par les habitants des frais de réfections des rues et trottoirs. Ce qui fut fait ...mais la ville n’a jamais achevé la réfection totale, 3 ou 4 rues seulement furent inscrites au budget et rajeunies … les autres attendent toujours (un souvenir qui demeure amer), 

-Le changement des noms de rue… et des numéros! 


-Le projet de baliser le sol des zones et emplacements de stationnement, l’installation de “chicanes” dans les rues avec la limitation de la vitesse à 30km/h 

Et puis dernier avatar et non le moindre, la décision de la ville de Rennes et de Rennes-Métropole de construire la Zone d’Aménagement Concerté du Haut Sancé, un ensemble immobilier de 500 logements (essentiellement des immeubles de grande hauteur) ; ce qui dans un environnement pavillonnaire est peu cohérent. Malgré plusieurs rencontres entre habitants et décideurs, aucun consensus n’a été construit avec les Landréens. 

Au delà de ces péripéties, nous y sommes très bien, il y fait bon vivre et les maisons qui se libèrent trouvent rapidement acquéreurs… des couples avec de jeunes enfants bien souvent, qui partagent trottinettes et vélos… ainsi le cycle est bouclé. 
Jean Lemesle 

*1 : A lire : Georges Maillols, architecte aux éditions PUR.

21 avril          

Secours Populaire Rennes



[ Rennes / Dons pour aide matérielle]
Le SPF de Rennes recherche en cette période de confinement les matériels suivants : lits bébé, cosy et poussettes pour les personnes aidées par l'association.
Pour des raisons sanitaires, nous demandons à nos donateurs de nous contacter soit par mail à contact@spf35.org ou Facebook https://www.facebook.com/secourspopulaire35/.
Les bénévoles organiseront le retrait des dons à votre domicile.

20 avril            

Covid 19 : Afin de protéger les habitants de l'agglomération rennaise, 500.000 masques ont été commandés par Rennes Métropole. Ces masques en tissu seront distribués dès le 8 mai à l'ensemble des habitants dans une vingtaine de centres dédiés par la ville de Rennes. Ces masques sont normés et réutilisables après lavage.

20 avril           

Image du programme "Faubourg 66" de Kapalia, rue de Chateaugiron

Suite à la livraison des appartements du programme "Babia Gora", petit tour d'horizons des programmes immobiliers en vente sur notre secteur sud-est de Rennes et à quels prix (selon les sites des promoteurs) :

Sur le Blosne Est, l'ensemble du programme Sinopia (Kérédés) est vendu.

*avenue de Pologne
-Babia Gora (Réalités), il reste 5 appartements (T3/T4/T5) de 66 m² à  95 m² et de 233 000 € à 330 000 €. 

-Terra Nova (Coop Habitat). Appartements de type 3 de 7à à 72 m² et de 233 000 à 240 000 €

Sur la Poterie 
*square Ludovic Trarieux
-Linéa Verde (Lamotte) : Plusieurs appartements (T3/T4) de 63 à 92 m² et de 258 000 à 410 000 €

*rue de Châteaugiron
-Jardin d'Elise (Pierre et Promotion). Pas d'informations. T2 de 47 m² à partir de 181 000 €

Sur Francisco Ferrer 

*rue de Vern
-Trio Verde (Icade) : Plusieurs appartements disponibles (T3/T4) de 62 à 84 m² et de 239 000 à 481 800 €.
-Edelweis (Réalités). Plusieurs appartements (T3/T4/T5) de 62 à 109 m² et de 289 000 à 502 000 €

*rue de Châteaugiron
-Faubourg 66 (Kapalia). Nombreux appartements (T1 à T4) de 29 à 85 m² et de 165 000 à 470 000 €

*avenue Monseigneur Mouézy
-L'Escale (Kapalia). Nombreux appartements (T1 à T4) de 26 à 96 m² et de 157 00 à 450 000 €.

Sur le Landry/Haut-Sancé 

*bd Villebois-Mareuil
-Le Cloud (Réalités). Nombreux appartements (T2/T3/T4/T5) de 44 à 110 m² et de 138 676 à 577 200 €

*rue de Châteaugiron (Z.A.C HLandry-Haut-Sancé)
-L'Esplanade (Bouygues Immobilier). Studio au T4. Mise en pré-vente. Livraison à partir du 3ème trimestre 2023.

Z.A.C Landry/Haut-Sancé

19 avril          

A lire, un article sur le site de Rennes métropole consacré au jardiniers sur leur travail concernant la propreté de nos quartiers en cette période confinement.

18 avril          

Nous souhaitons la bienvenue aux nouveaux habitants qui ont emménagé récemment dans les deux immeubles Babia Gora, construit par le groupe "Réalités". Ces immeubles sont situés avenue de Pologne dans le secteur des Hautes-Ourmes. D'après le site du promoteur, il reste 5 appartements à vendre dans ces immeubles.

Il y a bien longtemps qu'il n'y avait pas eu de livraisons d'immeubles neufs sur ce quartier du Blosne.




17 avril         

La Newsletter du Quartier Francisco Ferrer Landry Poterie spéciale COVID19 #2 est parue. Lien vers la lettre.

La Newsletter du Quartier Le Blosne spéciale COVID19 #2 est parue. Lien vers la lettre.

Cheminement vers le CRAPA.

17 avril         

Balade d’une confinée

Ce matin 13 avril 2020, au petit matin, enfin vers 8h15, je suis sortie. Oui, sortie de chez moi ! Mon attestation en poche, j’ai décidé de profiter de la grisaille, du crachin et d’arpenter la ville, ma ville… Là, je peux presque dire cela, tant les rues sont désertes ! 

Oui, je rappelle que nous sommes en période de confinement ! Confinement qui a démarré le 17 mars à la faveur d’une épidémie, pandémie tellement cela s’est propagé presque partout dans le monde … un virus nommé SARS, Corona, Covid 19… enfin, un truc microscopique qui a décidé de nous pourrir la vie… Juste au moment où le soleil a décidé, lui, de s‘installer sur le pays France, sur la Région Bretagne, sur le Département 35, sur la Ville Rennes et juste au dessus de mon balcon (oui, je vous entends déjà : de quoi elle se plaint, elle a un balcon !).

Donc, j’ai décidé ce lundi matin de Pâques, d’aller marcher pour respirer, pour me sentir vivre, pour dépasser les frontières de mon confinement, franchir les limites de mon immeuble… Dès aussitôt, une lumière pâlichonne, fraiche, humide m’accueille : je lui souris (depuis combien de temps n’ai-je pas souri ? Pour sourire il faut avoir quelqu’un à qui sourire, ou avoir une bonne raison de le faire…Ce n’est pas en me regardant dans la glace que cela va réveiller cette envie ! 

J’ouvre tout ce que je peux : Les narines, la bouche, les yeux, les pores, les poumons et je souris, béatement ! Niaisement, si vous voulez ! Je m’en fiche !

Je marche. Je marche, d’abord assez lentement pour apprécier ce bonheur soustrait au confinement, et me vient à l’esprit, une petite musique grinçante, le grain de sable dans les rouages de mon bonheur à peine éclos : je ne dispose que d’une heure, maximum ! Et dans un rayon de 1 km, maximum !

Alors, je marche plus vite ; pas décidé, allure soutenue pour parcourir le plus de rues possible et redécouvrir les lieux qui me sont chers… J’en ai assez de longer la Vilaine ! (je rappelle, nous sommes le 13 avril et le confinement a commencé le 17 mars !)

J’ai une fringale de boutiques, de devantures dont les vitrines n’ont pas renouvelé leur produits d’appel depuis le 16 mars, de rues pavées, de passages piétons, de feux tricolores, … tous ces trucs qu’on trouve super « entravants » en temps ordinaire et que j’ai effacés de ma sphère existentielle depuis 28 jours ! 
Car il s’agit bien d’une re-découverte : les rues désertées, des parkings (Les Lices) quasi vides, des squares que se sont appropriés les oiseaux, des façades qui dégoulinent de généreuses grappes de glycine, des magasins fermés (même si un lundi de Pâques, cela peut paraître normal) avec sur leurs vitrines cette affichette, toujours le même message : « Suite aux décisions gouvernementales liées à l’épidémie sanitaire, nous serons fermés jusqu’à nouvel ordre… Prenez soin de vous et de vos proches »

Les plus optimistes avaient osé « jusqu’au 15 avril »… Très souvent, derrière les portes, du courrier s’est amoncelé ! Signe qui ne trompe pas ! Cela fait longtemps que cette porte n’a pas été poussée ! Les plus entreprenants s’aventurent dans des travaux de réaménagement, de déco, de peinture…intérieurs…Entre ceux que le confinement assorti à l’interdiction de rassemblement a éloignés (mis au vert ?) et ceux qui doivent « s’occuper »…

Mais dans cette ville désertée par les humains, d’autres en prennent à leurs aises ! Ce sont les oiseaux ! Ils pépient à qui mieux mieux ! Ils volètent de ci de là… Certains transportent des brindilles dans leur bec… 

L’heure tourne et je dois penser à regagner mon appartement… Curieux ressenti que celui d’éprouver les limites d’une liberté d’aller et venir, de s’éloigner des personnes que l’on rencontre, voire changer de trottoir, d’imaginer que l’on va pouvoir être contrôlé…A méditer !
Mireille Massot

16 avril          

Histoire d'homme, histoire de rue...

RAPATEL (Paul-Marie, baron). Général français (Rennes, Ille-et-Vilaine 1782 - Paris 1852). 
Il est né à Rennes, paroisse Saint-Sauveur le 13 mars 1782 et décédé le 2 janvier 1852 à Paris, il était le fils de Jean Michel Rapatel et de Jeanne Françoise Beauvais, c'était un général français. Dix de ses frères servirent comme lui la France, et plusieurs en qualité d'officiers généraux.

Entré au service à l'âge de seize ans, il servit dans l'armée de l'Ouest, fut nommé sous-lieutenant en 1800 et passa à l'armée d'Italie où il resta jusqu'en 1806. Il fut blessé à la bataille de Caldiero du 30 octobre 1805, en Vénétie : victoire du maréchal Masséna sur les Autrichiens. 
Lieutenant dans la Garde du roi de Naples en 1806, il fut nommé capitaine en 1808. Il servit ensuite sous Joseph Bonaparte en Espagne jusqu'en 1813 et fut nommé chef de bataillon, puis lieutenant-colonel et colonel. 
Pendant les Cent-Jours, il s'illustra à la bataille de Fleurus, en Belgique (Victoire de Napoléon Ier sur Blücher). 
Sous la Restauration, il participa à l'expédition d'Espagne de 1823 et fut fait maréchal de camp. Après la révolution de Juillet, il fut nommé lieutenant général en 1833, puis envoyé en Algérie en 1834, avec le titre de commandant de toutes les troupes et inspecteur général. Il revint en France en 1837. Il fut de nouveau appelé en Algérie où il ne resta qu'une année, une maladie grave l'obligeant à rentrer en France.

Une rue, un stade :


Un premier terrain sportif voit le jour en 1933 et est officialisé par la création du cercle sportif du Sud-est de Rennes et destiné à être utilisé par le cercle Paul Bert en 1953. Il devient Cercle Paul Bert Rapatel en 1966.
L'association Cercle Paul Bert qui gère ce stade et les équipements attenants est la plus importante association sportive rennaise. C'est une association d’éducation populaire,membre de la Ligue de l’Enseignement. Elle construit son action sur les valeurs qu’elle défend : la laïcité, la démocratie, la solidarité. Rapatel-Poterie est l'une des onze sections du Cercle Paul Bert. https://cerclepaulbert.asso.fr/


La rue Rapatel est une voie reliant la rue Le Dantec, à l'ouest, à l'avenue de Cork, à l'est. Les rues Camille Pelletan et Kératry y ont un accès. Elle est bordée au nord par le complexe sportif du CPB. Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 27 octobre 1938.
La construction de ce secteur se situe entre 1933 et 1942. C’est un lotissement qui faisait partie d’un ensemble de 179 lots vendus sur ce secteur par un promoteur dit "société Bernheim". 
La Z.A.C de la Poterie est une continuité de ce secteur pavillonnaire. D’ailleurs la rue Rapatel se prolonge sur l’avenue de Cork.

Le bureau de poste situé rue de Châteaugiron porte également le nom de Rapatel.

C’est également le nom donné par les habitants à ce secteur du quartier de la Poterie.

15 avril            

⚠️ INFORMATION : annulation du vide-grenier
La Maison de quartier Francisco Ferrer vous informe de l'annulation du vide-grenier initialement prévu le 17 mai 2020.
Dans le contexte de protection contre l'épidémie de Coronavirus, les conditions d'organisation et de déroulement de l'événement ne sont pas réunies. Nous vous remercions pour votre compréhension.

15 avril            

Ariane et Isabelle en 2018
Message d'Ariane, bibliothécaire.

Quartier 7 :

Je n'y vis pas, j'y travaille depuis bientôt deux ans et demi.

Au début c'était un chiffre, suivit d'un nom : Francisco Ferrer/Landry/Poterie. C'est long et n'offre pas du rêve.

Je le découvre tous les jours ce quartier à travers ses habitants, au détour d'une travée de livres, assise derrière un ordinateur (pas de rêve là non plus)ou devant un groupe d'enfants.

Et oui, je suis, je suis …. Bibliothécaire !!! Plus précisément, je travaille en section jeunesse à la bibli du Landry.

Et ce quartier mal connu, un peu coincé entre le Blosne, le centre-ville et Chantepie n'est pas une belle endormie. Non, il est riche de ses habitants. Nous voyons dans notre, votre, bibliothèque beaucoup de personnes investies pour, par exemple, la Fête de la Pomme, la Ballade avec Brassens, ou la fête de l'optimisme.

Pour nous, il existe une autre richesse, nos partenaires quartiers que sont la maison de quartier Francisco Ferrer, La maison du Ronceray, La Direction de Quartier sud-est qui est un élément clé pour faire le lien entre nous tous. 

Je pourrai vous faire l'inventaire de ce qu'il me reste à faire, comme trouver des pistes de travail avec le Cercle Paul Bert Rapatel etc…

Mais non. Je tiens juste à vous remercier de vos présence à nos côtés, vous les habitants qui répondez présents aux ateliers philos (jeunesse ou adulte), à "Lire au Landry", aux interventions du conservatoire, aux soirées jeux, aux lectures pour les enfants, à la Nuit de la lecture et qui, au quotidien, venez chercher des livres (avec parfois du rêve), des films ou juste un sourire que nous vous offrirons toujours avec un grand plaisir.
Merci encore.
Vous nous manquez et surtout portez-vous bien.
Ariane 

14 avril           

L'inspecteur d'académie a dévoilé la carte scolaire 2020-2021, avec son lot d'ouvertures et de fermetures de classe dans le primaire public.

Sur nos quartiers :

*Ouvertures :
élémentaire Châteaugiron-Landry
élémentaire Eugène Guillevic

*Ouvertures conditionnelles :
maternelle Eugène Guillevic
maternelle Henri Wallon
élémentaire Eugène Guillevic
élémentaire Léon Grimault
élémentaire Torigné
élémentaire Volga

*Fermeture :
élémentaire Carle Bahon.

*Création d'un poste d'enseignant itinérant pour élèves allophones. Il interviendra à l'école la Poterie.

14 avril            

Message ville de Rennes :

Covid-19 / Masques en tissu pour la population : la Ville de Rennes au rendez-vous

Lundi 13 avril, le Président de la République a annoncé que chaque Français devrait être doté d'un masque " grand public " à l'issue de la période de confinement.
Depuis fin mars, la Ville de Rennes confectionne déjà des masques en tissu dans ses ateliers municipaux. Les quantités produites permettront d'équiper prioritairement les agents de la Ville et de la Métropole.

La Ville s'est également organisée pour pouvoir fournir à chaque Rennais un masque de ce type dans les semaines qui viennent. Pour cela, elle a sollicité l'entreprise TDV, installée à Laval et spécialisée dans la production de tissus très résistants pour vêtements professionnels, civils et militaires. Une entreprise connue pour avoir développé l'usage des matériaux bio-sourcés, du polyester recyclé et du coton biologique et équitable.

La Ville de Rennes a travaillé en lien étroit avec ce fournisseur afin d'organiser une véritable filière locale de confection. Six confectionneurs ont ainsi été retenus, situés dans le pays de Fougères, à Liffré et à Brûlon, dans la Sarthe. Objectif : une production de 500 000 masques, dont 250 000 pour les Rennaises et les Rennais. Les 250 000 autres masques bénéficieront aux communes de la Métropole qui le souhaitent ainsi qu'à la Région Bretagne, dans le cadre d'une commande groupée.

Cette réorientation de leur production par des entreprises qui avaient arrêté leur activité économique va permettre de consolider une filière locale pour répondre aux besoins des populations et des collectivités dans cette crise sanitaire. 

Les masques, disponibles en deux tailles (adulte et enfant à partir de 3 ans), seront progressivement distribués à la population. Ils sont réutilisables et lavables à 60 degrés.

Ce modèle de masque est un masque barrière à usage non sanitaire de catégorie 2. Il a reçu une certification par la Direction générale de l'armement pour ses qualités de filtration des particules et sa respirabilité. Les tissus utilisés sont soumis à de strictes règles de production pour limiter au maximum leur impact environnemental.

Rappel : l'usage de ces masques n'a pas pour objet premier de se protéger individuellement du virus mais de viser principalement à éviter sa diffusion. L'utilisation doit se faire dans le strict respect des mesures barrières (distances sociales et lavage des mains).

14 avril           

Des entreprises s'activent autour d'un nouveau bâtiment sur le terrain d'Ouest-France. ces bureaux accueilleront différents services du groupe SIPA Ouest-France (Le groupe emploie environ 6800 personnes).



13 avril         

Info Rennes-Métropole : 

Lundi 13 avril, c'est férié ! Toute la semaine, les collectes d’ordures ménagères et des recyclables sont décalées d'un jour, jusqu'au samedi 18 avril. Pensez à sortir vos bacs la veille au soir. Plus d'infos déchets : https://metropole.rennes.fr/toutes-vos-demarches-dechets

13 avril           

Solidarités :

Ce blog peut être un moyen de créer une chaîne de solidarité au sein de notre quartier. 
*Si vous souhaitez rendre service, évoquer ​des initiatives qui méritent un coup de projecteur, faites-vous connaître, adressez-nous un article qui peut être porteur d'idées pour d'autres.

*Si vous êtes dans le besoin, donnez-nous le nom de votre rue et un numéro de téléphone afin d'être contacté.

*Vous êtes proposant, donnez-nous le nom de votre rue et un numéro de téléphone afin d'être contacté.

Et pour les personnes qui le souhaitent, n'hésitez pas à prendre la plume et à raconter notre quartier, ses forces, ses faiblesses, son histoire. Ces articles seront publiés et permettront à tous de mieux connaître notre environnement, notre quartier, notre cité.

Un onglet de ce blog est créé et dédié à cette entraide https://infolapoterie.blogspot.com/p/solidarite.html
Adresse mail : info.lapoterie@gmail.com

Vu à la Forgerie. Merci

12 avril           

Confinement jour 27 : la chasse aux lapins..


11 avril           

Rocade sud ce samedi...
11 avril           

Histoire de nos quartiers

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur……le CLOS MATHILDE 

La construction du Clos Mathilde en 1983

Nous sommes une copropriété de 48 logements un peu particulière. En effet, cette première construction sur la ZAC de la Poterie fut le fruit de la collaboration (1982-1984) entre Coop Habitat Bretagne et le cabinet d’architectes Perche, Ruelland et Héraud, avec prise en compte des souhaits des futurs coopérateurs quant au plan de leur appartement. 
Les premiers habitants y sont entrés au printemps 1984. Mais ce n’est pas tout, nous sommes depuis le début en autogestion, Coopérative lors de la construction puis Syndicat Coopératif de Copropriété (SCC) avec un Syndic bénévole.
Intéressant, penserez vous, cela fait faire de sacrées économies sur les charges et les travaux...Vous avez raison mais cela implique la participation de (presque) tous, une volonté de jouer collectif. C’est ainsi que chacun participe à l’entretien des parties communes; certains acceptent de participer au Conseil Syndical assurant la gestion de cette SCC (comptabilité, secrétariat, appels de charges, paiement des factures, gestion des travaux…). N’oublions pas le côté convivial qui découle de cet esprit de participation. Trois ou 4 fois par an, galettes des rois ou repas partagés réunissent ceux qui veulent. 
D’ailleurs en cette période de confinement des actions sont menées pour maintenir le contact. Trop beau pour être vrai? Non, il peut exister comme partout des conflits de voisinage, mais globalement il fait bon vivre au CLOS MATHILDE 
MT Misset, ayant connu le Clos Mathilde au milieu des champs. 

Le clos Mathilde fin 2018. L'entretien de l'immeuble est assuré par les habitants

10 avril           

Les jardins familiaux de la Poterie, rue Michel Gérard en 2013.

Jardins familiaux, du nouveau :

Les adhérents de l’Association des jardins familiaux de la ville de Rennes peuvent retourner sur leurs parcelles. 
L’accès aux jardins est possible pour cultiver, c'est à dire travailler la terre, semer et planter avec l'objectif de produire notre nourriture, mais les règles de confinement demeurent.
Lorsqu’il n’est pas attenant à son domicile, comme c’est notamment le cas pour les jardins familiaux ou les jardins partagés, il est possible de s’y rendre, muni de l’attestation de déplacement dérogatoire, et « pour les seules nécessités liées aux cultures potagères ». 
L’Association des jardins familiaux de la ville de Rennes a donc mis ses adhérents en garde : pas question de flâner. Elle les exhorte à respecter les gestes barrières, éviter les contacts et limiter la durée de leurs sorties.

10 avril           

Info travaux :

Début de travaux rue Abbé Henri Grégoire (Poterie sud): réparations sur le réseau de chauffage urbain du 10 au 17 avril 2020. Route barrée.

10 avril            

Confinement, jour 25, photo de 2010 : Jeux d'enfants dans le square Ludovic Trarieux.



10 avril          

Le Département a déployé un plan de continuité des services depuis le début du confinement afin d’assurer les missions essentielles qui ne peuvent supporter d’interruption. Exemples dans les centres départementaux d’action sociale (Cdas).

Continuer à rester en contact avec les Bretilliens accompagnés par les services sociaux. Telle est la priorité du Département. Dans le contexte de crise sanitaire liée au Covid-19, les 22 centres départementaux d’action sociale (Cdas) ont dû être fermés au public en application des consignes gouvernementales. 
Mais dans chaque Cdas, des équipes de permanence composées de personnels administratifs, sociaux et médico-sociaux sont constituées pour assurer les missions prioritaires. Environ 350 professionnels, dont 200 en télétravail, sont concernés. Lire l'article intégral sur le site du département.

9 avril           

Communiqué de 'association "Cité et médiation" :

Cité et Médiation accompagne les personnes rencontrant des problèmes de voisinage. 
Pendant la période de confinement, les permanences de Cité et Médiation au sein des équipements de quartier sont suspendues.
Pour autant, nous restons disponibles pour nous entretenir par téléphone avec les personnes qui auraient besoin de nos services..
Pour cela, il suffit de nous laisser un message (en précisant le nom et le numéro de téléphone) : 
- via le standard téléphonique : 02 99 77 68 86
- via le formulaire contact de notre site internet http://www.cite-et-mediation.org/contact/

9 avril           

Histoire de nos quartiers.


Historique du Collège du Landry 29, Avenue de Cork à RENNES par Jean Celton

Jusqu’en 1986, le collège du Landry était constitué de bâtiments en dur datant des années 1960, comme l’école maternelle attenante, et de classes préfabriquées, construites plus tard pour pallier à l’augmentation de la population scolaire, liée au développement des quartiers du Landry et de La Poterie ; ainsi que de la Commune de Chantepie, incluse dans le secteur scolaire concerné. Ces bâtiments étaient situés à l'emplacement de l'actuel ITEP du bas-Landry.

L’ensemble de ce complexe « Ecole maternelle – Collège » se trouvait encore sous la responsabilité de la Commune de Rennes, celle de Chantepie étant liée à celle-ci par convention.

Au début des années 1980 la population scolaire devenait si importante que le corps enseignant et le parents d’élèves poussaient la municipalité de Rennes à construire un collège de 600 places plus adaptée aux besoins. Les interventions et les réunions se multipliaient auprès de Conseil Municipal et du rectorat, jusqu’à ce que la ville lance l’étude d’un nouvel établissement et d’une bibliothèque de quartier sur des terrains disponibles, entre la rue de Chateaugiron et l’avenue de Cork. Le projet architectural retenu était celui d’un « collège ouvert » sur les deux voies, la bibliothèque et longeant le chemin piéton bordant le parc du Landry. Côté bibliothèque étaient prévues quelques salles de cours (arts plastiques-dessin …) et une salle de quartier, et plus haut côté Parc un théâtre de verdure avec gradins en bois et œuvre décorative.

La pression était telle que le projet a été financé in-extremis avant la loi du 7 janvier 1983 relative à la répartition de compétences entre les Communes, les Départements, les Régions et l’Etat, dite « Loi Defferre », qui donnait aux Départements les compétences pour la construction et la gestion des collèges. Il s’en est donc fallu de peu pour que ce projet n’aboutisse pas, car à l’époque, devant la fermeture de quelques établissements où la population scolaire chutait gravement, dans le quartier Villejean notamment, le Conseil Général d’Ille et Vilaine ne souhaitait pas financer de nouveaux collèges à Rennes.

A la rentrée scolaire de 1986, le nouveau collège et la Bibliothèque du Landry étaient inaugurés et déclarés ouverts, avec la présence des Maires de Rennes et de Chantepie, des Enseignants, des représentants des deux Associations de Parents d’élèves, des Elèves, du Personnel de la Bibliothèque et des Habitants concernés.


Voilà donc près de 35 ans que ce collège, bien particulier par sa conception et bien apprécié, existe ! 
Néanmoins, depuis une quinzaine d'années, ce collège "ouvert" est devenu fermé, comme l'ensemble des collèges de Rennes.

Depuis septembre 2018, le périmètre scolaire a été modifié, les effectifs de l'école Carle-Bahon y sont rattachés intégralement et les écoles de Chantepie sont réaffectées aux Hautes-Ourmes. Depuis septembre 2019, La Poterie et Paul-Langevin ont été retirées et Pablo-Picasso y est rattachée.

La salle de quartier est toujours disponible pour les réunions de quartier et les gradins du théâtre de verdure viennent d’être rénovés, pour mieux accueillir le public à l’occasion des quelques pièces de théâtre ou autres animations aux beaux jours.

8 avril           

Photo prise en 2018 au 2 rue de Châteaugiron.
Chers lecteurs d'Info la Poterie, le site d'informations de ce grand quartier sud-est de Rennes, devenez rédacteur de ce blog bénévole ?

Racontez-nous notre quartier, votre perception de ce quartier, votre façon de consommer actuellement, vos sources d'approvisionnement ?

Peu d'actualité en ce moment sur nos quartiers et pourtant, vous êtes nombreux à consulter ce blog, alors racontons le ?
Envoyez vos textes, photos à info.lapoterie@gmail.com

8 avril             

Les supermarchés de nos quartiers restent ouverts. Pour éviter les files d'attente, privilégiez l'horaire 13h-16 h pour faire vos courses.

8 avril             

Confinement jour 23. Ne pas se laisser aller .. les déchetteries sont fermées. Pas d'encombrants sur les trottoirs, vu à de nombreux endroits de nos quartiers..



7 avril           

Revue de presse de ces derniers jours :

*Plusieurs voitures détruites, calcinées par les flammes ou endommagées par la chute de matériaux du plafond du parking. C’est le premier bilan de l’incendie qui a sévi ce lundi 6 avril, vers 6h du matin à dans un parking souterrain situé entre la rue de la Volga et l’avenue de Pologne.

*Plus positif, c'était il y a un mois !
Ambiance ludique le 7 mars 2020 à la Maison de Quartier Francisco Ferrer. Le jeu était présent sous toutes ses formes, avec en nouveauté des sessions d’escape game. Petits et grands se sont amusés toutes la journée autour de jeux de plateaux, de rôles, de cartes (dragon-ball, yu-gi-ho, pokémon), de quiz, du Loup-garou…

*Informations sociales :
Salaires moyens des rennais, mais pas que..

*Le sociologue et urbaniste Jean-Marie Reinert est décédé du Covid-19. il a beaucoup travaillé à la conception de la Z.A.C la Poterie, au début des années 80, au sein de la S.E.M.A.E.B. 

La Poterie vue du ciel en 1998.
*L'école Volga accueille actuellement des bénévoles du réseau Solidaren qui viennent en aide aux plus démunis.


5 avril             

Art dans nos quartiers

L'Arc de triomphe pour figurois et figurennes d’Erik Dietman (cheminement collège le Landry, entre la rue de Chateaugiron et l'avenue de Cork. Quartier Poterie-nord/

Photo de 2013, avant rénovation.
A proximité immédiate du collège le Landry et d’un cheminement piéton bien emprunté, cette œuvre imposante et drôle ne passe pas inaperçue. 
Un théâtre de verdure complète l’œuvre d’Erik Dietman, artiste suédois, né en 1937 et décédé à Paris en 2002. Elle fut livrée en 1989, année du Bicentenaire de la Révolution française. 

Cet espace nouvellement réaménagé dans le cadre du budget participatif de la ville de Rennes fait partie de l’œuvre*. Il est très apprécié des collégiens du Landry.
L’arc de triomphe, appelé régulièrement le grand M par les collégiens est une œuvre qui semble un peu inaboutie. 
Ses trois piliers, de matériaux différents, supportent une élévation en briques recouverte de carreaux de pâte de verre, des tesselles et des bris de faïence multicolores avec une ressemblance forte à de la mosaïque, façon Odorico. En 2016, cette partie de l’œuvre a fait l’objet d’une rénovation. 

Les dix personnages de petite taille positionnés sur le faîte de l’arc de triomphe (l'Attique) semblent nous regarder de manière ironique. Ce sont des figurines mal dégrossies en fonte et leurs formes ressemblent davantage à une basse-cour qu’à des personnages bien définis.

"Originairement, un arc de triomphe est une porte, destinée à l’entrée triomphale lors du retour d’une guerre. Ici, l’arc ne sert ni à la cérémonie du triomphe ni à la commémoration d’un événement ou d’un homme. Cette œuvre est plutôt un anti-arc de triomphe : pair et sans perspective. C’est une œuvre d’art – la forme importe – composée de deux portes et de deux demi-portes, soutenues par un pilier végétal, une chaîne et un pilier en brique. L’attique en mosaïque préfigure les émoticônes ; il est typique de la famille Odorico, artisans mosaïstes de Rennes. L’arc est surmonté d’une basse-cour : ironie et pirouette là aussi très « post-modernes ». Loin des perspectives monumentales tracées de l’histoire par le quadrige star, le regardeur est ici invité à dessiner d’autres imaginaires et à œuvrer en citoyen" nous dit Etienne Taburet sur le site Openfield (https://www.revue-openfield.net/2019/01/08/etienne-taburet/)

*Il se dit que la mosaïque a été posée par un artisan spécialiste de la salle de bain.. et qu’après avoir travaillé sur cette œuvre, il ne souhaitait plus travailler dans les salles de bain .

*Les associations « La Maison du Ronceray » et la FEETAR utilisent régulièrement cet espace (aux beaux jours) pour y programmer divers spectacles, souvent du théâtre amateur. 

3 avril               

Jour 18 du confinement. Une photo de Claudine.G (Ayez l’œil..)




3 avril               

Appel du Secours Populaire de Rennes

« Après 3 semaines de confinement, nous empêchant de collecter dans les magasins et d’organiser les différentes manifestations alimentant nos caisses, nous sommes déficitaires de 20 000 € sur notre prévisionnel départemental Pour faire face à l’urgence, les bénévoles lancent un appel à dons sur la plateforme Hello Asso. Il se terminera à la fin du confinement. Les sommes sont défiscalisables et peuvent être affectées à une structure spécifique locale. Un versement de 20 € correspond à l’aide alimentaire d’urgence pour une famille et 50 € à un demi-plein de carburant pour un camion. 
« Nous avons dû totalement nous réorganiser pour face au Codiv-19. Ainsi à Rennes, depuis le 21 mars, nous livrons l’aide alimentaire à domicile ainsi que des produits d’hygiène, des livres et des jeux pour les enfants. Une quarantaine de bénévoles est mobilisée sur la confection et le portage. Une soixantaine, en télétravail, assure l’organisation. 
Nous assurons la distribution dans 550 foyers. En temps normal nous recevons en moyenne 120 familles par jour. Nous devons faire plus, et nous n’y arriverons pas sans l’aide de chacun ».
Collecte d’urgence sur Hello Asso : bit.ly/2WJ0pM8.

Contact : communication@spf35.org, Facebook : Secours populaire Rennes

3 avril           

2 avril      

La direction de quartier Rennes sud-est a rédigé un nouveau numéro de la lettre de quartier. Cette lettre concerne les quartiers Francisco Ferrer/Landry/Poterie et Blosne.


Message de madame Catherine Debroise, adjointe en charge du quartier 7 et Christophe Béchet, directeur de la direction de quartier Rennes sud-est.

Bonjour à tous,

En cette période de confinement, où nous devons rester chez nous, nous souhaitons en premier lieu prendre de vos nouvelles. Nous espérons que vous et vos proches vous portez pour le mieux.

Les prochaines semaines ne nous permettront pas d'échanger de vive voix, mais sachez que nous restons à votre écoute. En raison du contexte sanitaire, les Mairies et les Directions de Quartiers sont fermées au public, pour une durée encore indéterminée. Néanmoins, nous continuons de prendre connaissance de vos messages et nous veillons à les traiter avec les autorités compétentes, en fonction des priorités fixées et des moyens actuellement disponibles.

Vous avez pu constater que nous avons réactivé la newsletter. Celle-ci nous permet de partager des informations générales mais elle doit aussi être un espace pour vous, votre actualité, vos besoins, vos initiatives... Restons en lien!

Dans cette attente, nous vous prions de recevoir nos sincères salutations.
Prenez soin de vous.
Catherine Debroise et Christophe Béchet

2 avril       


Hier, 1er avril 2020, les bâtiments (rénovés en grande partie) de la Maison du Ronceray ont eu 25 ans. En effet, le 1er avril 1995, le nouveau centre social de la Poterie - maison des habitants était inauguré par Edmond Hervé, maire de Rennes. 
C'est sur proposition de l'association "Mieux vivre à la Poterie" émise en 1992 que le centre social voyait le jour ici et non rue Jean Monnet, face à la crèche comme initialement prévu.
Le centre social créé dépendait de la C.A.F avec une aide financière de la ville de Rennes. Il fermera le 31 décembre 2002.

Fin mars 2004, une nouvelle association était créée : la Maison du Ronceray. Le centre socio-culturel du même nom ouvrait ses portes le 1er janvier 2005.. il y a donc 15 ans.
Entre fin 2002 et le 1er janvier 2005, c'est l'APRAS qui a eu la gestion du bâti et des animations. (Photo de la ferme du Ronceray qui a donné son nom à l'association).
La ville de Rennes est propriétaire de ce bâtiment. 



1er avril       

Confinement, jour 16


Les zones d'activité restent très calmes, y compris en semaine. Peu de voitures, peu de circulation. Ici la zone d'activités Kérautret Botmel (Poterie-sud).

1er avril       

[URGENT #Coronavirus] : Déchets : les services essentiels assurés

La priorité du service Déchets est la collecte des ordures ménagères (D. Gouray)

Rennes Métropole et les sociétés auxquelles elle délègue la collecte et le traitement des déchets ménagers s'adaptent aux consignes données par l'État pour limiter la propagation du coronavirus. La priorité est le maintien de la collecte et l'élimination des déchets ménagers

En raison du Covid-19, Rennes Métropole priorise les services indispensables au bon fonctionnement de la collectivité et doit donc en suspendre d'autres. La priorité est orientée vers le maintien de la collecte et l'élimination des déchets ménagers

Rennes Métropole remercie tous les agents de collecte et de tri dont la mission actuelle est rendue plus difficile. Ils réalisent un travail remarquable dans le contexte actuel.
Pensez à eux. Plus que jamais il est impératif de ne pas déposer les déchets à côté des bacs ou des bornes.

Collecte des bacs poubelles

· Poubelles grises : la collecte reste aux jours habituels, les horaires pourront être modifiés en fonction de l'évolution de la situation. Dans ce cas une information sera publiée.
Attention ! C’est dans cette poubelle que doivent être mis, dans des sacs fermés, lingettes, mouchoirs et masques usagés.

· Poubelle jaune : la collecte des déchets recyclables (emballages et papiers uniquement) fonctionne pour l'instant.
Sortez vos bacs jaunes le jour de la collecte.
Dans les immeubles, en l'absence des prestataires habituels privés, les habitants doivent s'organiser pour rentrer et sortir les bacs afin qu'ils soient collectés.

Bornes d'apport volontaire

· La collecte des bornes d'apport volontaire se poursuit pour les ordures ménagères et les recyclables, sauf le verre. 

· Déposez les sacs d'ordures ménagères et les recyclables DANS les bornes. Le dépôt de déchets au pied reste interdit : les sacs d'ordures ménagères qui traînent et les encombrants compliquent le travail des agents et posent des problèmes d'hygiène accrus en cette période d'épidémie.

· La collecte du verre est en service réduit et pourra être suspendue. Dans la mesure du possible, merci de stocker chez vous le verre, en particulier lorsque vous habitez en pavillon.

· La collecte textile dans les bornes va s'arrêter. Merci de stocker les textiles chez vous. 

À noter : il est autorisé de se déplacer pour jeter ses déchets dans les bornes en ayant une attestation de déplacement

· Tous les autres services ne sont plus assurés jusqu'à nouvel ordre.
Voir le détail dans la page Toutes vos démarches déchets

Réduire ses déchets, une nécessité :
En raison de ces circonstances actuelles, une réduction de la fréquence de collecte des déchets ménagers risque de s'imposer. De nombreux gestes peuvent être adoptés pour réduire ses déchets au quotidien :


Collecte des cartons des professionnels :
Toutes les infos à la rubrique déchets des professionnels sur le site www.dechets.rennesmetropole.fr

Info la Poterie Rennes (Juin 2024)

Info la Poterie Rennes Information bénévole et indépendante de nos quartiers Rennes sud-est depuis 2006.  N'oubliez pas de visiter les ...